Lyon

L’Endocrinologie – Diabétologie – Nutrition à Lyon : c’est 4 internes par promo sur 4 ans soit environ 16 internes dans une ville très agréable où on ne s’ennuie jamais !

Pour les logements et les trajets, rares sont les internes obligés de déménager au changement de stage. L’écrasante majorité de nos stages est sur Lyon, soit au CHU (HCL) soit dans les cliniques (qui comptent comme périph).

Le centre de Lyon est bien desservi avec les trams, métros et bus. Les trajets en vélo sont possibles aussi. 

Le CHLS est le moins accessible, en fonction de là où tu habites et de ton moyen de locomotion tu peux mettre entre 30mn et 1h pour y aller, mais le métro doit y arriver fin 2023. Sinon pour le GHE c’est plutôt 15-30 mn.

Bourgoin-Jallieu c’est 45-60 mn en voiture en fonction d’où tu habites dans Lyon, et 60mn si tu fais vélo-train ; il existe un petit internat.

Pour les autre périph où tu pourrais éventuellement aller si tu le souhaites, Valence et Bourg en Bresse sont à 1h de route (internat sur place), et pour Montélimar c’est plutôt 2 heures de route.

Pour l’ambiance entre internes, on est solidaires les uns des autres, on essaie de se voir de temps en temps entre nous notamment après les cours de DES et pour l’accueil des nouveaux internes.

Formation pratique :
L’avantage de Lyon : c’est un gros CHU où il existe plusieurs services d’EDN qui ont chacun leur sur-spécialisation. Il y a également un vaste choix de stages dits « hors spé » qui concerne la phase d’approfondissement.
Petit coup d’oeil sur la maquette d’EDN à Lyon :

1. Phase socle = 1ère année d’internat 
Il faut valider un stage de « diabétologie » et un stage de « maladies métaboliques / lipidologie / obésité » parmi les terrains suivants : 
– Le Groupement Hospitalier Est (GHE) regroupe la lipidologie (1 poste/semestre) et la diabétologie (1 poste/semestre)
– L’hôpital de Lyon Sud (CHLS) regroupe les stages de diabètologie (1 poste/semestre) et d’obésité (1 poste/semestre)
– Le stage en périphérie à Bourgoin-Jallieu parfois proposé en phase socle (si pas de Dr Junior)

2. Phase d’approfondissement = 2ème et 3ème année d’internat 
Les 2 stages à valider sont : 
– Le stage d’hormonologie /endocrinologie qui se trouve au GHE (hypophyse/surrénales/thyroïde)
– Le stage de nutrition avec comme terrains possibles la Nutrition Clinique Intensive (au CHLS), orienté dénutrition sévère (nutrition entérale et parentérale) ou la nutrition clinique pédiatrique à l’hôpital Femme Mère Enfant sur le site du GHE.
Puis 2 stages dits « hors spé » avec de nombreuses possibilités dans les spés « classiques » type cardiologie, médecine interne, néphrologie … mais aussi des stages de sur spé comme la PMA, la médecine nucléaire, l’endocrinologie pédiatrique …
Pour la gynéco, Lyon a l’avantage d’avoir des stages partagés avec les gynéco med, et également de stages possibles en médecine de la reproduction au CHU ou dans la clinique de Natecia, facilement accessibles, sans avoir à faire la FST pour passer dans ces stages. 
Pour les périph hors endoc, c’est assez large dans tout Rhône-alpes, de Valence/Montélimar au sud jusqu’à Bourg-en-Bresse au nord, Annemasse et Bourgoin à l’est.

3. Phase de consolidation = Dr Junior = enfin la fin = 4ème année d’internat
Nous avons la chance d’avoir de nombreux terrains à proposer : 
– Le stage d’hormonologie / endocrinologie du GHE 
– Le stage de diabétologie du GHE
– Le stage de diabétologie du CHLS
– Le stage de Nutrition Clinique Intensive du CHLS
– Le centre DIAB-eCare (nouveauté 2020) qui s’occupe exclusivement de la prise en charge du diabète de type 1 enfants et adultes en télémédecine
Et des stages hors CHU :
– CH de Bourgoin-Jallieu (parfois proposé dans les stages de phase socle), où l’équipe est hyper sympa et a été formée à Lyon.
– La Clinique des Portes du sud
– L’hôpital Saint Joseph Saint Luc au centre de Lyon
– Un projet de stage partagé en libéral avec une partie de la semaine en cabinet avec endocrinologues de ville et l’autre partie au CHU en hôpital de jour ou consultation. 
Il est possible de faire des interCHU, il possible de demander un gros centre comme Paris, Bordeaux ou Marseille, mais biensur cela peut être une autre ville par choix personnel.

Formation théorique : 
Nous avons en théorie, par semaine, une demi journée de formation personnelle et une demi journée de formation comprenant les RCP, les colloques de services …
Sur le plan des cours : 
– Au niveau national : les Journées Nationales du DES (JNDES) ont souvent lieu début janvier, sur 2 jours avec des cours donnés par des professeurs de toute la France. Depuis 2 ans en distanciel, on espère les retrouver en présentiel en 2023 pour enfin tous se rencontrer !
– Au niveau régional : 2 journées par an (souvent 1 journée en décembre et 1 journée en juin) ou les internes de Grenoble, Saint Etienne, Clermont Ferrand et Lyon se réunissent
– Au niveau local : cela dépend des services mais apparait comme le point fondamental à améliorer selon les internes lyonnais, nous avons des projets pour organiser au mieux les cours au niveau local.

FST (Formations Spécialisées Transversales) : cela rajoute un an d’internat. Il existe à Lyon la FST de cancérologie (1 stage couplé médecine nucléaire/radiothérapie et 1 stage d’oncologie). Concernant la FST de médecine de la reproduction, personne ne l’a encore faite à Lyon mais il est possible de postuler en tant qu’endocrino.

Qualité de vie :
Concernant le rythme de travail, c’est un internat plutôt tranquille comparé à d’autres spé, où tu peux souvent quitter à la relève de la garde à 18h30 et rarement après 19h. Nous avons peu de gardes et d’astreintes (variables selon les services), tous les repos de garde sont respectés. Par exemple, par semestre:
Au GHE: 2-3 gardes aux urgences d’HEH pavillon G (hôpital Edouard Heriot), et 2-3 gardes dans le pavillon de neurologie (comme on est dans les mêmes bâtiments). Astreintes 1 week-end sur 4 à 6 selon le nombre d’internes lors du semestre, samedi matin + dimanche matin
Au CHLS: c’est 3 gardes d’urgences et 6 gardes de pavillon. Astreinte 1 sur 3 en diabeto/obésité, et aucun week-end travaillé ni jour férié en NCI.
A Bourgoin: environ 10 gardes d’urgences sur le semestre. Astreinte 1 sur 3 seulement le samedi matin.
Les PH sont plutôt sympas et les équipes s’entendent bien, c’est ambiance CHU en version gentille. Tous les internes s’entendent bien et les CCA sont très accessibles aussi !

Inconvénients : la formation purement théorique sur le plan local est à améliorer selon l’avis de la plupart des internes, les choses vont donc changer ! 😉

Le post-internat : Il existe 6 postes de CCA en tout en endoc/diabeto répartis sur le GHE et le CHLS, et parfois un en Nutrition clinique intensive (pour 4 internes chaque année). Pour les postes de PH au CHU, il y a peu de turn over. Mais l’avantage est que tu as l’étiquette de l’internat à Lyon qui est très réputé, on reçoit souvent des propositions de postes de PH soit en périph de Lyon, soit carrément dans d’autres villes de France.

Référent ANIDEN local : Julia Delabie

Contact du référent : julia.delabie@sfr.fr

Coordinateur local du DES : Dr Sybil Charrière (MCU-PH au GHE), Pr Emmanuel Disse (PUPH au CHLS)

Et voici le site du syndicat des internes lyonnais : https://www.internatlyon.org. Nous avons la chance d’avoir un syndicat très actif et impliqué pour défendre nos droits en tant qu’interne !

Grenoble

La région : si vous êtes amoureux des sports de montagnes et des sports d’eau, Grenoble vous offrira des possibilités inégalées. Entourées par les massifs de la Chartreuse, du Vercors et de Belledonne, vous pourrez profiter des stations de ski l’hiver (à 30 minutes pour les plus proches, 1h30 pour les plus lointaines) et des nombreuses randonnées l’été. Vous pourrez également faire de la voile, du kite surf, du wakeboard dans les différents lacs de la région (Monteynard, Tencin, Paladru…)

Une ville très dynamique : première ville étudiante de France, Grenoble est une ville qui bouge ! Le centre-ville piéton est souvent bondé d’étudiants qui viennent profiter des happy hours dans les différents bars de la ville.

  • Une formation pratique de qualité :
    • En diabétologie : Grenoble est à la pointe dans la plupart des domaines de la diabétologie. Nous sommes notamment spécialisés dans les diabètes instables. Par ailleurs, nous pratiquons la transplantation d’ilôts de Langerhans et sommes à l’origine du réseau de transplantation française d’ilots : le GRAGIL, regroupant tous les centres de France à l’exception de Lille
    • En endocrinologie : Grenoble est spécialisé dans le syndrome de Cushing. Nous sommes le deuxième centre français derrière Paris et devant Lyon, grâce à un service d’endocrinologie de pointe et une équipe de neurochirurgiens spécialisés dans l’hypophyse.
    • En nutrition : Il y a deux terrains différents avec un stage de dénutrition, qui comprend la possibilité de réaliser des consultations en centre spécialisé TCA. Un stage en centre spécialisé de l’obésité avec programme de chirurgie bariatrique.

L’internat d’endocrinologie à Grenoble :

  • 2 nouveaux internes par an en moyenne : nous sommes peu nombreux, nous nous connaissons tous et l’ambiance est assez familiale.
  • Bon encadrement et chefs très bienveillants 
  • Possibilité de faire un master sans difficulté : encouragé par les chefs, mais non obligatoire pour ceux qui ne le souhaitent pas. En revanche, les personnes souhaitant faire une carrière universitaire sont encouragées à faire une thèse de science à temps plein, puis l’assistanat, plutôt que de faire les deux en même temps.
  • Post internat  : deux postes au CHU, un à Annecy, un à Chambéry.

Accès limité mais comme toute les autres villes au vue de l’inadéquation entre le nombre de poste et le nombre d’internes, peu de postes de PH pour la suite car les nouveaux PH sont jeunes.

La formation théorique :

  • Séminaires inter-régionaux à Lyon tous les 6 mois, avec participation obligatoire
  • Journées Nationales du DES : 2 jours par an à Paris
  • Diverses journées régionales ou locales
  • Au quotidien, formation pratique très bonne dans tous les services, CHU et périphérie.
  • Au CHU, séance de bibliographie hebdomadaire, alternance entre présentation d’articles et formations spécifiques (boucle fermées, pompe…)
  • En périphérie :
    • A Annecy : une à deux présentations à faire par interne + réunion mensuelle de dossiers
    • A Chambéry :  nombreux cours théorique par les chefs en Endocrinologie et Diabétologie

Les terrains de stage :

Ayant l’agrément pour le DES d’endocrinologie

  1. CHU, Diabétologie, Pr Lablanche : 2 postes d’internes en hospitalisation conventionnelle (découverte et déséquilibre de diabète, mise sous pompe/BF)
  2. CHU, Endocrinologie, Pr Chabre : 2 postes d’internes, un en hospitalisation conventionnelle avec 1 après midi de cs par semaine et un en HDJ/consultation

A noter qu’il n’y a pas vraiment d’activité oncologie thyroïdienne au sein du service. 

  1. CHU, Obésité, Pr Borel : 1 poste, HDJ post chirurgie bariatrique, obésité médicale, consultations et hospitalisation évaluation commorbidités pré chirurgie bariatrique. 
  2. CHU, Dénutrition, Pr Fontaine : 1 poste, hospitalisation + prise en charge des patients nutrition parentérale et entérale du CHU, couplé avec le centre TCA avec possibilité de consultation. 
  3. CH Annecy, Dr Carreau : 1 poste d’interne, en hôpital de semaine, beaucoup de diabétologie, quelques bilans endocriniens, mais surtout possibilité d’assister aux consultations d’endocrinologie, très formatrices
  4. CH de Chambéry, Dr Duboulay : 1 poste d’interne, stage couplé à la néphrologie pour 3 mois, avec hospitalisation conventionnelle, HDS de Diabétologie et Endocrinologie, accès aux consultations.
  5. CH de Sallanches : 1 poste, plutôt orienté diabétologie ouverture récente

Autres stages souvent choisis par les internes d’endocrinologie

  1. Néphrologie : stage plébiscité des internes, le plus souvent fait au CHU, mais possible à Annecy ou Chambéry
  2. Cardiologie : 2ème stage phare, en HDJ cardiologie au CHU, possible dans les autres hôpitaux (Clinique mutualiste, Annecy, Voiron, Chambéry)
  3. PMA : 1 poste réservé au CHU pour les internes d’endocrinologie depuis l’année 2015
  4. Pédiatrie : éducation thérapeutique en diabétologie (télésurveillance, pompe) et avis endocrino pédiatrique. 
  5. Médecine interne : accès facile au CHU comme à la clinique mutualiste.
  6. Globalement, il est assez facile d’avoir des hors filières si vous avez un projet bien particulier !

Et pour finir, vous trouverez sur le site de l’Association des internes de médecine de Grenoble (AIMG) plein d’infos intéressantes !

Référent ANIDEN local : Louise BOUCHARD

Contact du référent : lbouchard@chu-grenoble.fr

Coordinateur régional du DES : Pr RAVEROT Gérald

Coordinateur local du DES : Pr Olivier CHABRE (endocrinologie-diabétologie), Pr Eric FONTAINE (nutrition)

Besançon

Dernière mise à jour : avril 2022

Pourquoi venir faire de l’Endocrinologie-Diabétologie-Nutrition à Besançon ?
Pour la beauté de cette région qu’est la Franche Comté, riche en mets culinaires et paysages verdoyants
Pour la bonne ambiance du service, avec une équipe toujours à l’écoute

Localisation : Besançon est située dans la région du Doubs, à 100kms à l’est de Dijon et 85 kms de la frontière Suisse

Activités :
• En été : randonnée, parapente, activités nautiques au Lac de Vouglans (Jura) ou Saint Point (Doubs), de nombreux festivals de musique aux alentours (Rencontre & Racine à Héricourt, Eurockéennes de Belfort, Festival de La Paille à Métabief, No Logo à Fraisans, Détonation à Besançon et bien d’autres…)

• En hiver : raquettes, ski de fond, ski alpin… 

Gastronomie : La Franche Comté regorge de délicieux fromages : Comté, Cancoillotte, Morbier, Mont d’or… Ainsi que de charcuterie : saucisse de Montbéliard, saucisse de Morteau…

Culture : En 1793, Mégevand crée “la Manufacture française d’horlogerie” et installe à Besançon quelque 700 horlogers suisses. Depuis cette période, l’histoire de la ville et de l’horlogerie sont intimement liées. Aujourd’hui, Besançon est devenu le pôle européen des microtechniques et le pôle mondial des temps fréquences.

A bientôt en terre contoise !

Chaque année, 1 à 2 postes sont pourvus à l’internat, nous avons donc une petite promotion et il règne un bon esprit de cohésion entre les internes. Les séniors sont toujours très disponibles et à l’écoute que ce soit au CHU ou dans les hôpitaux périphériques.

Les terrains de stage en novembre 2021

  • Stages ayant l’agrément pour le DES d’EDN:
    • CHU BESANÇON, Dr SCHILLO: service d’Endocrinologie Diabétologie et Nutrition: (hospitalisation complète, hôpital de jour, consultations avec les senior), 4 internes minimum par semestre
    • CH VESOUL, Dr MOHN: service d’Endocrinologie Diabétologie, 1 interne par semestre
    • CH DOLE, Dr TSCHUDNOWSKY: service d’Endocrinologie Diabétologie et Médecine Polyvalente, 1 interne par semestre
    • CH LONS LE SAUNIER, Dr BOURGON : service d’Endocrinologie Diabétologie et Nutrition
    • CH PONTARLIER, Dr KURY PAULIN, service de Diabétologie et Endocrinologie (appartenant au pôle Médecine A)
    • CHU BESANCON, Dr MIGNOT : service d’Endocrinologie et Diabétologie Pédiatrique
  • Hors filières souvent choisis par les internes d’endocrinologie:
    • Cardiologie : CH PONTARLIER
    • Néphrologie: CHU BESANÇON, CH DOLE, CH TREVENANS
    • Médecine interne: CH VESOUL
    • Maladies infectieuses : CHU BESANCON, CH TREVENANS

Au cours de la phase de consolidation : l’interne change de statut et devient “Docteur Junior”. Cette année peut se faire en un an ou en deux fois six mois. Elle sera réalisée dans des stages ayant l’agrément spécifique de la phase 3 (milieu hospitalier ou ambulatoire)

 La formation théorique 

Journées Inter Régionales DES (2 fois par an): cours et présentation des mémoires avec tous les internes de l’inter région (Besançon/Dijon/Nancy/Reims/Strasbourg)
Journées Nationales de DES (1 fois par an) : 2 jours de formation à Paris en janvier avec tous les internes de France
Participation à divers congrès régionaux ou nationaux sont proposés (SFD, SFE)
Visioconférences avec l’inter-région: présentation de cas cliniques par les internes
Au quotidien la formation théorique diffère selon les terrains de stage mais est très bonne dans l’ensemble (cas cliniques…) et la participation aux congrès est encouragée par les séniors
Formation théorique sur SIDES. Des cours à faire obligatoirement pour les internes de la nouvelle réforme

Post-internat

Concernant le post internat, les possibilités d’exercice sont variées : libéral en cabinet ou en clinique, hospitalier en hôpital périphérique ou en CHU, mixte Le statut de “Docteur Junior” permet la validation d’une des 2 années nécessaires en tant qu’ancien « Assistant des hôpitaux” pour l’accès au secteur 2.

Référent ANIDEN local : Marine STEHLIN

Contact du référent : marine.stehlin@orange.fr

Coordinateur local du DES : Dr Sophie BOROT, Centre Hospitalier Universitaire de Besançon (sophie.borot@univ-fcomte.fr)

Coordinateur régional du DES : Pr Bruno BERGES, Centre Hospitalier Universitaire de DIJON

  • Syndicat des internes de Franche comté : AICB (03 81 66 81 66) contact.aicb@asso-aniden